Arbre de la forêt

Etre ou paraître

Un petit slam ?

Déontologie du code de sociologie, la philosophie des hommes, c’est la posologie des sommes, l’appât du gain vous remue les intestins, les rats de guerre connaissent les requins.

Je connais un mélomane pétomane nommé dollars qui à l’instar du renard est un roublard, c’est la star des bobards qui joue le phare, mais il ne guide, que les cafards !

Consonnes qui détonnent, Mc dollars qui cartonne, c’est toujours les mêmes personnes qui en font des tonnes.

Victime de toi-même, tu te débats dans l’arène, mais tu n’es qu’un dandy, un mécène qui essaye de se faire un nom de scène ! Pas la peine ! Le mot d’ordre c’est reste toi-même, pour toi toute évasion est vaine, car désormais, la coupe est pleine !

Dans un tourbillon de problèmes, tu poses les gens dans un dilemme, où tu marches ! Où tu crèves ! A cela la réponse est brève, on fait la grève !

Être et disparaitre

On finit par être

L’important c’est de se connaître

Éthique d’un monde pris de panique, dans les mailles des capitales, les modes s’installent !

C’est la pagaille des ethnies couleur locale, des eunuques aux regards tactiques au tact du type charismatique, l’homme perfectionne l’art de vendre sa personne.

De gré ou de force, tu te crois fort et tu bombes le torse, mais la situation se corse !

Car il suffit de croire que le pouvoir peut se plier à notre bon vouloir, car aujourd’hui où tout est noir il s’agit de savoir s’il n’est pas déjà trop tard pour exister et avoir de l’espoir.

Être et disparaitre

On finit paraitre

L’important c’est de se connaître

C’est la folie, c’est la manie des gens qui vous vendent du vent, la télé nous ment, nous prend notre temps, nous vole notre argent.

Je vous vends des babioles, des casseroles, du pétrole

Je vous fais voyager dans un monde stéréotypé relooké par la télé.

J’examine, j’étudie, j’analyse chacun de vos faits et gestes.

Et puis la société de consommation fait le reste.

Je compose, je suppose, et toi tu imposes, tu déposes des textes de clauses où on cause des gens qui se posent et veulent faire leurs lits dans la seine. Mais toi tu y es déjà sur la scène, t’es même dans le show-business.

Être et disparaitre

On finit par être

L’important c’est de se connaître

Le rêve en cube singe l’altitude, on atteint des hauteurs face à des abîmes de bêtise

Notre solitude est leur seule étude, il calme nos angoisses en nous nourrissant des futures menaces, nos comportements et nos attitudes sont leurs seules études face à leur platitude et leurs rêves en tubes, mais qui nous entube ?

Loin des phrases creuses, je défends des idées pieuses dans la mer houleuse des morales visqueuses ! Sclérose, les idéaux s’opposent. Névrose ! Les idiots se reposent ! Nécrose, d’une rose qui se décompose !

Tes solutions par karcher ou par charter,  à part la guerre, qu’est-ce que tu proposes ?

D’être ou paraître

Choisis de te connaitre

Avant de disparaître.